Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

En plein malaise consécutif aux bornes escamotables, le Centre de Supervision urbain et du dispositif sécurisé de la ville de Lourdes a été inauguré

lundi 12 août 2019 par rédaction

Hasard du calendrier, ce lundi après-midi, au lendemain d’un « dimanche horribilis » vécu par la ville de Lourdes et plus particulièrement par les commerçants et hôteliers du boulevard de la Grotte et du périmètre sacré en général, a eu lieu l’inauguration du centre de supervision urbain et du dispositif sécurisé de notre cité.

Cela s’est déroulé dans les nouveaux locaux de la police municipale, 48 avenue Foch. En présence de Sonia Penela, sous-préfète d’Argelès-Gazost, de la maire Josette Bourdeu de retour de vacances, de Chantal Robin-Rodrigo, vice-présidente du conseil départemental, représentant le président Michel Pélieu, d’adjoints au maire, de représentants de la police nationale, des sanctuaires, du directeur de la police municipale de Tarbes et des représentants de la SNEP, entreprise qui a mis en place le dispositif.

Ce fut bien évidemment une grande messe pour nous persuader de l’efficacité du dispositif de sécurisation, sous la conduite de Philippe Subercazes, adjoint chargé de la sécurité et du stationnement et de la cheffe de la police municipale. Josette Bourdeu apportant dans leur sillage des commentaires tout à sa gloire bien sûr. 

===

 « La sécurité, une priorité commune de l’Etat et de la ville de Lourdes pour le bien être de l’usager », lit-on dans le dossier de presse.

Les nouveaux locaux de la Police Municipale

« Ce nouvel espace plus moderne et plus sécurisé permet non seulement un meilleur accueil du public, mais il est également plus adapté aux besoins des agents et policiers municipaux, nous rassure-t-on. Les nouveaux locaux ont été ouverts le 1er janvier 2019, une forte augmentation de la fréquentation a déjà été constatée.

-Sur les anciens locaux une moyenne de 3 visites par jour.

-Sur les nouveaux locaux une moyenne de 20 à 30 visites par jour : objets trouvés, renseignements, contestations diverses, etc. »

Les missions de la police municipale

• assistance à la population (renseignement sur la voie publique, circulation, etc.),

• prévention (îlotage dans les quartiers commerçants, surveillance des gares, des abords d’établissements scolaires et des lignesde bus scolaires, des bâtiments publics, etc.)

• sécurisation des manifestations associatives et municipales,

• police administrative (interpellations sur des délits de voie publique, infractions au code de la route dont dépistage d’alcoolémie...)

• verbalisation des infractions liées à la propreté urbaine

Les ASVP (Agents de surveillance de voie publique) effectuent la vérification et le contrôle du stationnement. Ils gèrent également l’accessibilité à la zone sécurisée depuis le CSU (contrôle des accès à distance et interlocuteur au totem des bornes si besoin).

La police Municipale travaille en réseau

Afin de garantir au maximum la sécurité et la tranquillité de la commune, les policiers municipaux font équipes avec la Police Nationale, les services de la Préfecture, la Gendarmerie Nationale et la sécurité du Sanctuaire.

Jour et nuit, horaires élargis adaptés à la vie touristique

En concertation avec les agents, leurs horaires ont été réaménagés. L’organisation des plannings garantit une présence quotidienne accrue en temps voulu.

Le Centre de supervision Urbain

Un centre de supervision urbain (CSU) est une salle ou un bâtiment équipé d’écrans affichant en direct les images filmées par des caméras de vidéosurveillance qui peuvent parfois être manipulées à distance.

La Vidéoprotection

La ville de Lourdes est équipée de 40 caméras (21 caméras fixes / 11caméras dômes/ 8 caméras sur les sites des bornes) dans des lieux stratégiques et disposées de façon à protéger les abords immédiats du Sanctuaire, ainsi que le centre et les entrées de Lourdes.

Le passage des données s’effectue par fibre optique sur un réseau sécurisé spécifique appartenant à la ville, permettant ainsi de garantir la sécurité globale du système et des données.

Quatre salles constituent le Centre de Supervision Urbain

  1. Une salle équipée d’un mur de 4 écrans et de 2 postes d’ordinateurs avec chacun 2 écrans (soit 4 écrans supplémentaires) pour la gestion des bornes.
  2. Une salle équipée d’un mur de 6 écrans et de 2 postes d’ordinateurs avec chacun 2 écrans (soit 4 écrans supplémentaires) pour la gestion des alarmes des bâtiments et la gestion des caméras de surveillance de la voie publique.
  3. Une salle dédiée à la relecture et à l’extraction des images des caméras, suite aux réquisitions délivrées par les services de Police et de Gendarmerie.
  4. Une salle exclusivement dédiée aux serveurs informatiques.

« Cet équipement moderne permet à 4 opérateurs travaillant en étroite collaboration avec la Police Nationale et la gendarmerie, de surveiller en direct les rues de la ville et de contacter directement la police ou les secours en cas de problème.

La conservation des images est effectuée par le service de la Police Municipale qui stocke les données pendant un mois.

Le Centre de Supervision Urbain est un véritable plus pour les services de la ville permettant de réduire le temps d’intervention par l’augmentation de la réactivité ».

Les opérateurs du CSU sont les agents de Surveillance de la Voie Publique (ASVP) qui partagent le temps de travail entre le terrain et la surveillance vidéo. Ils ont reçu une formation de cinq jours concernant la législation et l’exploitation du traitement des images, selon un référentiel du Centre National de la Fonction Territoriale. A noter que la gestion des images est très encadrée par les normes règlementaires des libertés publiques et individuelles, et contrôlée par la Commission Nationale Informatique et Liberté (CNIL).

Le Pôle Sécurité Réseaux de la ville de Lourdes, en lien avec les Services techniques, a élaboré le Cahier des Charges permettant de lancer le marché pour la mise en place du dispositif sécurisé de la zone touristique (bornes et vidéo). Désormais le Pôle Sécurité Réseaux a toujours en charge la maintenance du dispositif, ce qui permet de garder une gestion autonome en interne.

Smart City : Le centre de supervision urbain est connecté au dispositif sécurisé mis en place dans la zone touristique

« Les bornes escamotables mises en place dans la zone touristique, qui sont activées depuis le 2 juillet, sont également connectées au Centre de Supervision Urbain. Permettant ainsi d’offrir à nos visiteurs une véritable zone touristique aménagée. Les touristes, pèlerins et usagers pourront ainsi évoluer et déambuler en toute sécurité, notamment lors de grands rassemblements ou en période de fortes affluences, insiste-ton du côté de l’actuelle municipalité lourdaise. La souplesse du dispositif permet de s’adapter aux temps forts de la saison et de prévoir un élargissement des horaires du périmètre de sécurité en fonction des grands évènements et pèlerinages ».

Avec une fierté non dissimulée, on nous a annoncé que le dispositif sécurisé et connecté mis en place dans la zone touristique par la ville de Lourdes est le premier en France de ce type. Il est le résultat d’un projet ambitieux et innovant répondant à des mesures de sécurité élevées.

« Sa souplesse, ajoute-t-on, permet de le paramétrer en fonction des besoins, de le superviser en temps réel et à distance grâce aux caméras de vidéo-surveillance pilotées via le Centre de Supervision Urbain.

La technologie qui a été déployée dans la zone touristique aménagée permet - et force est de reconnaître que cela ne fait pas l’unanimité - ainsi de proposer une nouvelle expérience aux millions de visiteurs de la Cité Mariale avec plus de confort et de sécurité, notamment pour les personnes à mobilité réduite, mais aussi de contribuer à faire de Lourdes une « Smart City » ! (NDLR. Ce n’était pas le cas hier dimanche quand on constatait l’inconfort dans lequel se trouvaient les personnes en fauteuil, au milieu des bus et de la pollution parce que les bornes étaient en panne)

Lourdes aux 14ème Assises Nationales du Centre-ville

Josette Bourdeu, était l’invitée de la table ronde sur "Comment les smartcity sont en train de révolutionner notre façon d’appréhender nos centres-villes ?" lors des Assises Nationales du centre-ville à Pau pour expliquer le dispositif global de sécurité mis en place notamment avec les Bornes connectées au Centre de Supervision Urbain à Lourdes.

Bénéfices de la zone touristique aménagée

Voilà ce que la majorité municipale actuelle nous vend comme arguements :

Pour les touristes :

-Offrir des zones piétonnes dans lesquelles ils pourront évoluer en toute sécurité, en profiter pour déambuler dans la zone touristique et favoriser les achats et consommations. (NDLR. C’est loin d’être le cas)

-Plus de confort pour les personnes à mobilité réduite qui ne seront pas obligées de monter sur les trottoirs et de risquer d’être accrochées par un véhicule. (NDLR. Hier, une commerçante a fait rentrer dans son couloir une personne handicapée qui avait du mal à respirer au milieu des gaz d’échappement)

- Circulation piétonne plus fluide. Diminution des risques et de la pollution (Hum !).

- Image moderne de Lourdes (NDLR. Ne riez pas, c’est sérieux !)

Pour les socio-professionnels  :

Si les piétons peuvent déambuler en sécurité dans les rues cela favorisera les achats et la consommation aux terrasses de cafés et restaurants. (NDLR. Interrogez les commerçants et ils vous diront que leurs chiffres d’affaire s’effondrent)

-Diminution des bruits réguliers de moteurs et des émanations de pots d’échappement sur les terrasses et dans les magasins. (NDLR. Quand les bornes dysfonctionnent, gare à l’asphyxie)

- Clients plus sereins.(NDLR. Certains sont énervés parce qu’ils ne retrouvent leur chemin)

Pour les citoyens :

-Moins de circulation contribuera à moins de bruits, moins de pollution et plus de sécurité. Amélioration de l’image de leur ville et de son attractivité, ce qui engendrera plus de développement économique et plus d’emplois. (NDLR. C’est pousser le bouchon un peu loin !)

-Gain en termes de qualité de vie

Un dispositif qui intéresse la capitale (sic)

Le plus sérieusement du monde, on se vante que « Paris a contacté la ville de Lourdes pour avoir des informations sur le dispositif de sécurité mis en place et plus particulièrement sur les bornes anti-intrusion. « Je tiens à saluer la qualité du travail mené par la ville de Lourdes et la rapidité avec laquelle votre dispositif sécurisé a été mis en place dans une zone si touristique et saisonnière. La visite que j’ai effectuée avec mes collaborateurs a été riche en informations et en enseignements. Nous avons pu échanger très largement et librement avec les agents et les élus de Lourdes, ce qui va incontestablement nous permettre d’affiner et d’améliorer notre propre projet. », aurait déclaré Didier Vardon, Direction de la Prévention, de la Sécurité de la ville de Paris.

Coût global du dispositif sécurisé : bornes, vidéo-surveillance et CSU

Coût global : 2 091 451 € HT, dont 1 339 148 € de subventions, soit 64%

Coût total pour la Ville : 752 303 euros HT

Ces chiffres se décomposent de la façon suivante :

Installation des bornes anti-intrusion connectées et supervisées à distance

Coût : 1 536 200 € HT

Subventions à hauteur de 61 % du projet soit : 925 400 €

Financeurs : Département : 150 000 euros / Région : 120 000 euros / Etat : 655 400 euros

Coût pour la Ville : 610 800 € HT

Vidéosurveillance

Coût : 479 120 euros HT

Subventions à hauteur de 80% du projet via l’Etat, soit : 383 296 €

Coût pour la Ville : 95 824 € HT

Centre de surveillance urbaine :

Travaux  :

Coût : 76 131 € HT

Subventions à hauteur de 40% du projet via l’Etat, soit : 30 452 €

Coût pour la Ville : 45 679 € HT

Aucune étude n’a été commanditée. Ce projet a été réalisé en interne avec maîtrise d’oeuvre des Services Techniques.

Equipements :

Concernant l’aménagement de ce CSU, hors travaux en régie mentionnés ci-dessus, il faut y ajouter les montants suivants, sachant que la plus grande partie de ces coûts vient de la programmation et des développements de logiciels nécessaires pour faire fonctionner ces installations.

Ce ne sont pas des coûts supplémentaires, ils ont déjà été comptabilisés dans les enveloppes « vidéosurveillance » ou « bornes » et ont bénéficié du volume de subventions correspondant à chacune de ces deux enveloppes, soit 80% au titre de la vidéosurveillance et 61% au titre des bornes.

Inclus dans l’enveloppe « Vidéosurveillance » :

- lot 2 : 75 400€ HT pour là fourniture de matériel informatique (serveurs, PC, etc.) ainsi que de logiciels avec licences. Cela comprend également la prestation de mise en oeuvre et la programmation.

- lot 3 : 23 400 € HT pour la création d’un plancher technique et la pose d’un climatiseur pour la salle CSU et le local technique (stockage des baies informatique).

- lot 4 : 22 000 € HT pour la fourniture d’équipement de sécurité (caméras + alarme) pour la Police Municipale. La pose a été faite en régie.

Inclus dans l’enveloppe « Bornes »

- lot 2 : 252 000 € HT pour la fourniture de matériel informatique (serveurs, PC, etc.) ainsi que des logiciels avec licences. Cette somme comprend également les prestations de mise en oeuvre et la programmation.

Coût total CSU : 448 931 € HT, dont 280 812 € de subventions, soit pour la Ville : 168 119 € HT.

Informations spécifiques relatives à l’installation de la fibre optique

Coût global de l’installation de la fibre à travers deux lots : 178 000€ HT

-lot n°1 : réalisation des micros-tranchées et pose des fourreaux (avec fourreau supplémentaire en cas de nouveau besoin) : 126 000€ HT

-lot n°2 : tirage et raccordement des fibres : 52 000 € HT

Ce projet a été fortement subventionné, avec une prise en charge à hauteur de 61% du projet.

Coût pour la Ville : 69 420 € HT

A noter que cet investissement a été réfléchi sur du très long terme (quasiment à vie).

Le choix d’être propriétaire de notre propre réseau de fibre optique permet de maximiser la sécurité des données et d’ouvrir également d’autres possibilités. Notamment en connectant d’autres services ou objets à cette fibre optique, toujours dans une logique de développement de Smart City.

===

• En réponse à notre question, Josette Bourdeu a évalué à une quinzaine le nombre d’agents nécessaires pour faire fonctionner le centre de supervision urbain. Pour le coût du fonctionnement, il faudra attendre le prochain budget pour le savoir.

• Il nous a été assuré en présence des invités que tout automobiliste n’ayant pas de badge pouvait sortir à tout moment de la zone sécurisée, sauf en cas de procession.

• Les agents qui répondent aux personnes les interrogeant au niveau des bornes pratiquent l’anglais pour quelques-uns. Quid pour les autres nationalités ?

-Philippe Subercazes pense que quelques soient les futures municipalités aucune d’entre elles ne reviendra sur ce système de sécurisation. Pour en avoir parlé avec quelques candidats potentiels au fauteuil municipal, des solutions ont déjà été envisagées. Et comme l’a dit Sonia Penela, sous préfète d’Argelès-Gazost, le système sera évolutif selon les retours d’expérience.

-Philippe Subercazes et Josette Bourdeu se sont félicités de la concertation qui a eu lieu entre les services de l’Etat, la ville de Lourdes et les sanctuaires. En aucun moment, il n’a été fait mention des socioprofessionnels qui se sont élevés contre un passage en force où ils ont été superbement ignorés.