Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Note tourisme septembre 2012

vendredi 5 octobre 2012 par rédaction

Les professionnels du tourisme ont réalisé un mois de septembre satisfaisant, bénéficiant des décisions de dernière minute, motivées par le beau temps.

L’activité s’appuie encore ce mois davantage sur la clientèle française qu’étrangère, sur la clientèle de groupe et aussi sur les curistes, nombreux à avoir reporté leur cure en automne à cause des élections du printemps. Ce bon mois de septembre contribuera avec août, à adoucir le bilan d’une saison mal amorcée en juin et juillet, à cause du mauvais temps et des week-ends d’élection.

Une saison d’été concentrée.

Les professionnels du tourisme ont ressenti le mouvement de hausse la dernière semaine de juillet, et près de 6 répondants sur 10 estiment que leur saison 2012 sera inférieure à celle de 2011, à cause des 20 premiers jours de juillet calamiteux.
En effet, ce mois dont la fréquentation est qualifiée de chaotique par certains professionnels est à l’image de la météo : de gros écarts de température entre la nuit et le jour et d’un jour à l’autre (parfois 20° d’écart).

L’activité au mois d’août a été normale, voire supérieure à la normale autour du 15 août, favorisée par le temps enfin estival qui s’est prolongé jusqu’en septembre. L’impression de saison médiocre, provient du recul de fréquentation, confirmé par les résultats des enquêtes INSEE ci-dessous, et par le comportement de
consommation frileux des Français et des Européens :
 ces derniers notamment les Italiens, durement touchés par la crise dans leur pays, sont moins venus à Lourdes, alors que les Espagnols, tout en surveillant leurs dépenses, n’auraient pas renoncé à leurs vacances dans le département ;
 les déplacements en voiture ont été limités, à cause de la hausse importante du prix des carburants au cours de l’été. Le coût du déplacement risque d’être un critère de choix de destination et d’hébergement à l’avenir ;
 raccourcissement, si ce n’est pas annulation des séjours ;
 dépense limitée au nécessaire dans l’hôtellerie, (achat de la nuit sans petit déjeuner, pas de supplément au bar…).

Les retombées économiques, qui sont estimées en baisse de 8 %
à 10 % au plan national, sont encore difficilement mesurables.
Les vacanciers, en effet, ont certes réduit leurs dépenses mais,
attentifs au rapport qualité prix, ils n’ont pas renoncé au « plus »
des vacances, comme en témoigne la hausse des entrées au Pic
du Midi (+ 24 % en juillet et +15 % en août), ou l’activité soutenue
des professionnels des loisirs par beau temps.

Au final, au regard des chiffres de l’INSEE, les baisses de nuitées
sont dues principalement à la baisse de l’offre dans les campings
et les hôtels hors Lourdes ; à une baisse de fréquentation même
au mois d’août à Lourdes.