Site d’informations en ligne, sur Lourdes et le Pays de Lourdes
  Informations Lourdes et Grand Tarbes  Informations Lourdes et Pays de Lourdes  Informations Bagnères de Bigorre  Informations Argelès-Gazost Vallées des Gaves  Informations Pays de Lannemezan  Information Pays du Val Adour  Informations Hautes-Pyrénées     
       

Un an après sa création, le Groupement d’employeurs Lourdes Vallée des gaves dresse un bilan satisfaisant

mercredi 6 avril 2022 par rédaction

Le Groupement d’Employeurs Lourdes Pyrénées Vallées des Gaves (« GELPYVAG ») a vu le jour le 4 mars 2021, suite à un travail de recensement réalisé durant l’année 2020 par le Centre de Ressources des Groupements d’Employeurs d’Occitanie, en collaboration étroite avec les acteurs du territoire (Services de l’Etat, CCI, socio-professionnels, réseaux d’entreprises, …).

Un an après, Christian Caussidéry, président du GELPYVAG, nous avait convié, hier mardi, à Beaucens, à Pyrénées Tendances, chez Maxime Smuga qui exploite cette agence de design et d’aménagements d’intérieurs qui accompagne ses clients dans tous leurs projets de décoration. L’objectif de cet entretien était de dresser un premier bilan. “Un premier bilan positif avec 9 contrats générés par le groupement d’employeurs, se félicite Christian Caussidéry. L’idée c’est de mettre en relation les besoins d’une entreprise avec des salariés pour proposer des emplois. Aujourd’hui on est chez Pyrénées Tendances avec Maxime Smuga, également co-président du GELPYVAG qui vient d’embaucher la dernière salariée Julie Barisio".

Maxime Smuga : "On vient d’embaucher Julie. Je l’avais déjà dans l’entreprise en alternance. Pour pérenniser son emploi, on a décidé d’un commun accord de partir sur le GELPYVAG. C’est un modèle auquel je crois où le salarié peut se retrouver par la stabilité et la possibilité d’un CDI qui lui permet de s’épanouir et de pouvoir acheter ou louer et de construire sa vie sur le territoire. C’est une thématique qui nous tient à cœur. On ne pouvait pas garder Julie sur plus de temps d’heure. Le GELPYVAG, c’est un des moyens qui nous a permis de pérenniser son emploi".

Commentaire de Julie Barisio, l’heureuse élue “ Je partage mon temps chez Maxime Smuga et Loïc Riffault, de l’entrepise e-nuksuk. Je suis assistante marketing et communication. Cela me permet d’avoir un contrat en CDI, d’avoir un emploi stable, avec des compétences multiples entre les deux entreprises”.

Loïc Riffault (e-nuksuk) : “Je suis le deuxième employeur. Je suis ravi d’accueillir Julie depuis le 14 mars. Déjà deux semaines qu’elle travaille chez nous. C’est un réel plaisir de collaborer avec elle.

Et Christian Caussidéry d’intervenir : “Pour que le système fonctionne, pour mettre en relation les employeurs et les salariés, au milieu il y a une coordonnatrice Carole Daubeuf qui occupe ce travail depuis un an. Elle nous présente ses missions

Carole Daubeuf : “Les missions c’est de faire du lien entre le besoin des entreprises et le recrutement des salariés, et d’assurer après toute la gestion administrative du groupement d’employeurs. C’est aussi de travailler sur des thématiques que l’on peut faire remonter sur le territoire. On essaie de favoriser l’emploi sur le territoire avec des gens qui peuvent par exemple en étant à Lourdes travailler sur des vallées de montagne et inversement des vallées de montagne descendre sur Lourdes. On essaie de travailler dans ce sens-là en favorisant l’emploi sur le territoire”.

En conclusion, Christian Caussidéry juge la première année satisfaisante. “Mais pour autant, tempère-t-il, tout n’est pas gagné. Nous sommes cependant persuadés qu’avec ce modèle de groupement d’employeurs, Il y a du potentiel dans la vallée. Donc le travail de Carole et celui de toutes les entreprises qui sont investies dans le GELPYVAG c’est de trouver des contrats, de pérenniser des emplois sur le territoire. Donc encore beaucoup de travail notamment sur l’aspect saisonnier, la complémentarité entre les saisons d’hiver et les saisons d’été. On a donc un champ d’investigation encore important. Ce n’est qu’une première étape, on est loin d’être complètement abouti. Mais surtout on est satisfait de cette première année de fonctionnement”

G.M.